Fermer

Le Saint-Élias

Bibliothèque québécoise

Baptisé en l’honneur du chanoine Élias Tourigny, curé de Batiscan, Le Saint-Élias est un magnifique trois-mâts qui a été lancé en 1869 et se serait aventuré sur les mers des Antilles et des Bermudes, et peut-être aussi sur celles des vieux pays, avant de revenir échouer dans une anse de la rivière Batiscan. Bateau mythique qui sert à Jacques Ferron de métaphore pour embrasser les destins magnifiques de ce curé et de son ami suicidé, le docteur Fauteux, ainsi que ceux de Marguerite et Philippe Cossette, propriétaires du trois-mâts et dont le petit-fils médecin, l’audacieux Mithridate III, devient l’héritier d’une douteuse dynastie provinciale qui pourrait repartir, littérairement, à la conquête du monde.

Afficher

Extrait

Mon clocher est celui de Batiscan et le bateau dont je parle porte le nom de notre curé, que nous sommes unanimes à vénérer. Il porte le nom de mon pays qui se trouve partout où les étrangers ne l'ont pas écrasé. Ici, nous sommes libres et entreprenants. Nous ne sommes pas des esclaves, nous sommes des hommes. On nous avait enfermés dans notre pays. Un pays n'est pas une prison mais un lieu de fraternité où l'on apprend à être fraternel avec les hommes des autres pays du monde. Par ce trois-mâts nommé Saint-Élias, grâce à l'habileté des charpentiers qui l'ont construit, grâce à l'habileté du capitaine Maheu, nous avons rompu les barreaux de notre pays, nous avons repris contact avec le monde.

On en parle

Le Saint-Élias est le livre de l’extrême détresse devant la vie menacée, humiliée, sacrifiée, celui de l’extrême tendresse aussi qui, pour tenir en respect le cynisme et le désespoir, s’obstine, malgré l’intolérable, à laisser à « ce pauvre petit homme », à « la fille de tous les hommes », pour la continuité, quelques signes de beauté.[…]
– Pierre L’Hérault

Date de parution
14 novembre 2018
Nombre de pages
240
Dimensions
10,7 x 17,7 cm (4,25 x 7 po)
Langue
Français