Fermer

Les repentirs

Bibliothèque québécoise

Publié originellement en 2017 chez Québec Amérique, ce recueil évoque en trois aveux littéraires des souvenirs de jeunesse, quand l’amitié joue avec le feu sans le savoir. C’était encore l’âge des rides de bicycle, des passages du train qui écrase les cinq sous pour en faire des vingt-cinq sous, et des amis qui trouvent déjà impraticable le difficile chemin de la vie. Et l’âge surtout où l’amour frappe sans s’annoncer à la porte d’un coeur d’homme en formation, qui ne croit pas encore au jeu vrai du sentiment : « On accueille un couple extraordinaire, elle est extra, et lui ordinaire… on accueille ensemble Arielle et Marc ! »

L’auteur a accepté pour cette édition de revisiter les coulisses du personnage d’Arielle, dans un inédit intitulé À suivre…, accompagné d’un dessin. Elle aurait aimé écrire et peindre, mais elle est partie trop tôt; il est devenu, un peu pour elle et beaucoup à travers elle, artiste et romancier.

Afficher

Extrait

Arielle écrivait. Un journal intime. Ses pensées. Rien d’officiel; trop éloigné d’elle. Plutôt un trop plein. Grand bien de dire, de nommer, le plus justement possible. Elle a écrit sa vie durant. Depuis l’adolescence, jusqu’ici. C’était pourtant la femme la plus floue que j’ai connue. Même quand tout était dit, il restait des secrets.

On en parle

[Marc Séguin] a creusé sa mémoire pour mieux se réinventer. À moins qu’il ne se mette véritablement à nu entre deux couches de fiction, puisque le repentir est une technique, par laquelle le peintre cache ou corrige une partie de son tableau pour le modifier ?
- Valérie Lessard, Le Droit

Date de parution
23 septembre 2020
Nombre de pages
184
Dimensions
10,7 x 17,7 cm (4,25 x 7 po)
Format
Poche
Langue
Français